SOE ou la “Firme”

“LA FIRME” L’autre nom du S.O.E

« Et maintenant, mettez le feu à l’Europe! »

ce fichier est également disponible au format pdf

Tel fut le message  de Sir Winston Chur­chill à son ministre de la Guerre économique, lord  Dalton, chargé d’administrer en le camouflant l’organisme nouvellement créé.
Cette phras -cIé fixait la mission de l’entreprise. La tâche semblait gigantesque; il ne s’agissait rien moins que de saboter les usines et les sources d’éner­gie annexées par les Allemands et de préparer à longue échéance les conditions nécessaires à un soulèvement armé des populations sous le joug. Enfin, le moment venu, et en liaison avec le Grand Etat-­major, d’introduire dans les pays occupés des armes en quantité suffisante pour équiper une armée secrète capable de mener une bataille des arrières lorsqu’un débarquement en Europe serait à nouveau devenu possible pour les troupes britanniques.
Tous les indices donnaient à penser que l’Europe en général et la France en particulier contenaient encore suffisamment d’éléments sains désireux de continuer la lutte.
Le nouvel organisme fut baptisé « Special Opera­tions Executive» et désigné par ses initiales: S.O.E
Ce nom cependant ne fut connu que d’un très petit nomhre de responsables, et l’existence même de ce nouveau service fut un des secrets les mieux gardés de la guerre. Des laboratoires pouvaient effectuer des recherches ou construire des appareils pour le « Joint Technical Board» ou L’« Inter-service Research Bureau», sans se douter que toutes ces appellations dissimùlaient l’unité du redoutable  S.O.E.
Son  etat-major secret, initialement situé 64, Baker Street à Londres eut bientôt de nombreuses ramifi­cations dans des immeubles voisins. Mais bien souvent, les agents du S.O.E. ne connurent de l’orga­nisme qui les employait et qu’ils appelaient ” La Firme” qu’une chambre d’hôtel, un petit apparte­ment ou même un bureau .
Baker Street qui commença son travail avec une dizaine de lignes téléphoniques en eut plus de deux cents en 1944. Ces lignes aboutissaient à quatre grands centres de radio secrets dissimulés dans des propriétés loin de Londres.

L382xH312_BBC_station_53D_poste_marconi_CR100_6fdb7.jpg L425xH325_operatrices_londres_bca9f.jpg

Lire l’article sur la technique des transmissions  militaires

PLAN DES ANTENNES D’ÉMISSION DE LA BASE SECRÈTE 53 B  soebaseplan  cliquer pour agrandir
Isolée dans la campagne anglaise,53b ( elle etais insatller à Grendon-53-A,Poundon-53-B,Bicester-53-C,et Dunbar-53-D en Ecosse) au milieu d’un terrain de cin­quante hectares entouré de grands arbres et arrosé par un petit cours d’eau, la centrale apparaît comme l’araignée au centre de sa toile.Toutes ces stations etais reliée par telex et télephone avec “La Firme” Siege du S.OE (Special Operation Executive ) installer au 64 Baker Street a Londres

photo davion.jpg

Celle-ci est composée de trente ­quatre antennes «dipoles re­pliés» et sept antennes «rhom­biques» à grand gain.
On distingue, au centre du docu­ment, la base de béton sur la­quelle ont été édifiés les deux bâtiments préfabriqués. Le plus grand abrite une cinquantaine d’émetteurs qui peuvent fonction­ner simultanément; chacun d’eux a une puissance antenne de 250 watts. Un gros émetteur de 15 kilowatts est gardé en réserve en cas de mauvaise propagation. Un petit bâtiment dans le prolonge­ment de la salle des émetteurs abrite la centrale électrique et le groupe électrogène de secours.
Une voie d’accès a été aménagée. Le personnel de techniciens contrôleurs est extrêmement ré­duit puisque tous ces émetteurs sont télécommandés à partir du centre de réception camouflé, isolé et éloigné du centre d’émis­sion pour des raisons élémen­taires de sécurité.
Noter sur le plan, les flèches accompagnées d’une déclinaison magnétique qui indiquent la di­rection dans laquelle le rayonne­ment est optimum. On voit que trente antennes donnent un maximum de radiations vers l’Est, quatre sont orientées vers le Sud-Est, quatre vers le Nord­Est et trois vers le Sud.
Pour les liaisons a grandes distances, on utilisait les anten­nes rhombiques qui, par rapport aux dipoles donnaient un gain de 8 à 10 db (decibele )selon la fré­quence. Ces dernières sont orien­tées sur la Yougoslavie, la Grèce, le Moyen et l’Extrême-Orient.
Remarquer également sur la droi­te du terrain, les quatre antennes dipoles marquées 60° et orientées à destination de la Norvège.

Vous aimerez aussi...